Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
That's Eurovision !

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

Andriamad, c’est une invitation au voyage, à l’aventure.

Nous avons eu le plaisir de pouvoir interviewer la moitié de ce duo : Cécile. L’artiste nous parle avec douceur et passion de son parcours, de celui de Kevin.

Il est évident que ces deux âmes-là devaient se croiser… Installez-vous et découvrez cet entretien.

Propos recueillis le 21 janvier 2021 avec l'aide bienveillante de Patrick Moran Brandstädter et Jérôme Moran Brandstädter.

That’s Eurovision ! : Bonjour Cécile, sois la bienvenue dans la famille Eurovision !

Cécile : Merci !

That’s Eurovision ! : Comment te sens-tu à moins d’une semaine de la finale sur France 2 ?

Cécile : C’est un gros challenge, ça se voit ! On répète énormément, ça n’arrête pas. Je suis ravie de le faire à plein temps car je ne vis pas encore de ma passion, je travaille à côté. Là, je me consacre uniquement à la musique, c’est un bonheur !
Par ailleurs, c’est beaucoup de pression, je n’ai pas dormi de la semaine dernière (rires)…

That’s Eurovision ! : C’est normal, c’est un bon stress…

Cécile : Oui voilà, c’est un bon stress ! Cette semaine je dors mieux. Nous sommes très bien entourés, nous avons un super chorégraphe, une maison de disques (Parlophone France Warner) qui nous suit de près dans cette aventure et surtout, une superbe entente entre Kevin et moi ! Là, nous avons hâte d’y être !

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Andriamad est composé de Kevin et de toi-même, c’est bien ça ?

Cécile : Kevin n’est pas là malheureusement en ce moment, nous n’habitons pas ensemble, nous ne sommes pas en couple. Nous sommes amis.

That’s Eurovision ! : Comment s’est déroulée votre rencontre musicale ?

Cécile : Notre histoire a commencé il y a 4 ans. Kevin revenait du Cap Vert, il avait l’ambition de monter un nouveau groupe à deux voix, plus précisément un duo garçon-fille. Il a posté une annonce sur internet.
A ce même moment, j’étais en management culturel, j’allais partir pour Séoul pour terminer mon cursus. Une de nos amies en commun a vu l’annonce, elle savait que je chantais. Elle lui a envoyé des démos. Avec Kevin, nous nous sommes rencontrés quelques semaines avant mon départ. Ça a été une vraie rencontre ! Il a entendu ma voix et a dit « j’aimerais bien travailler avec elle ».
Nous nous sommes vus à Montreuil où nous avons commencé à faire des essais voix, des essais instruments. Nous avions trois semaines pour faire un maximum de choses avant mon départ, afin d’avoir envie de travailler ensemble dès mon retour.

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Un véritable coup de foudre amical donc ?

Cécile : Exactement, et amical et musical, tout à fait.

That’s Eurovision ! : Vous aviez le même univers musical tous les deux ?

Cécile : En fait, nous nous rejoignons sur beaucoup de styles musicaux avec Kevin. Nous avons tous deux écouté beaucoup de variété française. Nous aimons les chansons à texte. Nous sommes tous deux assez sensibles…
Le papa de Kevin était pianiste de jazz et sa maman « Chanteuse du Monde ».
De mon côté, ayant grandi à La Réunion, j’ai écouté beaucoup de musique réunionnaise. J’adore la « Musique du Monde ».
Nous nous sommes donc rejoints dans ces univers. Puis par la suite, nous avons été bercés par les musiques électroniques des années 2000, 2010…
C’est tout cet environnement musical qui fait que l’on s’entend tellement bien.

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : L’Eurovision n’est pas toujours vue d’un bon œil en France, quel est ton regard sur cette vieille dame qui va fêter son 65ème anniversaire à Rotterdam en mai prochain ?

Cécile : (rires) Il y a deux ans, notre label nous a proposé de participer aux sélections. Avec Kevin, nous avons refusé, nous ne voulions pas de l’étiquette « Kitsch » que véhicule l’Eurovision. Puis entre temps, je me suis intéressée à la question. Kevin n’était ni pour ni contre. Beaucoup de personnes qui nous voyaient en concert nous disaient « Ce serait super de vous présenter au Concours ! Cela ramènerait du soleil… ».
Tout cela m’a réellement relancée sur la vision que j’avais du Concours.
Puis cette année, entre les deux confinements, nous nous sommes revus avec Kevin pour composer, refaire de la musique. Nous avons vu l’appel à candidature. Nous nous sommes dit « ne serait-ce pas le bon moment ? Nous avons envie de jouer ».
Pour moi, cette « vieille dame » comme tu dis, c’est un gros challenge musical. Le Concours s’est beaucoup modernisé ces dernières années. C’est surtout un Concours de talents !

That’s Eurovision ! : Est-ce que le titre « Alléluia » est votre composition à tous les deux ?

Cécile : Oui tout à fait, nous avons écrit et composé ce titre ensemble.

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Peux-tu m’en parler, il fait référence à quoi ?

Cécile : Il fait référence aux voyages, à la rencontre des cultures, à l’ouverture d’esprit, à l’envie de découvrir, l’envie d’être baigné par le voyage, par des musiques, des voix, des danses. Kevin et moi sommes tous deux des globe-trotters, nous voulions écrire un titre qui nous ressemble, qui nous touche et sur lequel nous serions honnêtes.
Le voyage nous manquait, nous avons voulu parler de ce qui nous donnerait toujours envie de voyager.
« Alléluia » parle de cela, de ce que l’on peut ressentir dans le voyage. « Parle-moi de ces gens-là, de ceux qui sont là-bas ».
C’est tout ce qui nous porte à voyager, à découvrir la culture de l’autre.

That’s Eurovision ! : Ce titre « Alléluia », il a gagné le Concours en 1979 pour Israël. Il s’agit d’un clin d’œil «  Eurovisionnesque » complètement fortuit ?

Cécile : Absolument, nous n’y pensions pas. D’ailleurs, en proposant ce titre-là à notre maison de disques, nous avions peur d’employer « Alléluia », que ce soit connoté religieux… voir presque politique.
Notre maison de disque nous a rassurés en nous disant de ne pas nous inquiéter, que ce titre avait déjà gagné le Concours par le passé.

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Qu’écoutais-tu quand tu étais petite ?

Cécile : J’ai beaucoup écouté de variété française, telle que Francis Cabrel, Véronique Sanson. Ces chanteurs ont forgé mon éducation musicale. Puis par la suite, j’ai écouté Tryo, mais j’ai aussi eu une période Beatles.
De son côté, Kevin a beaucoup écouté Gérald de Palmas, Corneille, Tété, Pauline Croze.
Par la suite, nous avons beaucoup écouté de musique électro. J’ai une grosse discographie underground, des groupes que j’ai rencontrés lors de festivals.
Nous nous sommes inspirés de tous ces styles…

That’s Eurovision ! : Cela correspond tout à fait à ce que tu me dis depuis le début de notre entretien : avides de découvrir, c’est un joli parcours ! Félicitations Madame !

Cécile : (rires) Merci !

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Vous vous connaissez bien tous les deux, vous avez voyagé ensemble, que font Kevin & Cécile (à part voyager) quand ils ne chantent pas ?

Cécile : Kevin est musicien et arrangeur pour d’autres artistes, il en a fait son métier. Il s’est également mis à l’impro depuis peu, il s’intéresse au théâtre. Il aime faire du Stop Motion, il est très fort. C’est un homme très sensible, qui réfléchit énormément, il a un côté très poétique, très créatif. C’est un bonheur de travailler avec lui.
De mon côté, je peins beaucoup, je me suis mise depuis peu à la poterie. Et je suis fleuriste ! Car je ne gagne pas encore ma vie par la musique.

That’s Eurovision ! : Tu es une amoureuse de la vie en fait !

Cécile : Absolument ! Cela a des bons et des moins bons côtés, je prends tout très à cœur. Je suis une hyper sensible, avec ses hauts et ses bas, mais je ne sais pas vivre autrement.

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Je te propose de remonter le temps, tu te promènes dans la rue et tu rencontres la petite Cécile que tu étais, âgée d’à peine dix ans, que lui dis-tu ?

Cécile : D’y croire encore et toujours !
C’est marrant que tu me poses cette question… un jour, je ne devais pas avoir plus de dix ans justement, je dessinais, mes parents étaient avec des amis. L’un d’entre eux m’avait dit « Tu te débrouilles très bien pour ton âge. C’est un talent que tu as, garde-le et si tu as envie d’en faire ton métier, crois-y. Ne laisse personne te dire que tu n’y arriveras pas ». Et c’est ce que je dirais à une enfant « Prends ton rêve, fais-en une réalité et travaille dur ! ».

That’s Eurovision ! : Je t’offre un pouvoir, tu feras ce que tu veux pendant 24 heures, que choisis-tu ?

Cécile : J’apprends le piano ! J’avais commencé à prendre des cours, ça a du s’arrêter par faute de temps. Donc si je pouvais l’apprendre en 24 heures, c’est ce que je ferais.

Andriamad - Prends ton rêve, fais-en une réalité !

That’s Eurovision ! : Y a-t-il un album à venir ? Avec ou sans le succès d’Alléluia ?

Cécile : Nous avons un EP qui sortira en février, il est composé de 7 titres. Il y aura des feat. avec des artistes que nous aimons. Ensuite avec ou sans « Alléluia », il y aura un album courant 2021, c’est également prévu.

That’s Eurovision ! : Quel message veux tu laisser à nos lecteurs ?

Cécile : Ne vous arrêtez jamais de danser sur de la musique qui vous rend heureux ! N’ayez jamais peur du regard de l’autre. Allez-y à 100 % et surtout, soyez honnêtes avec vous-même, avec ce que vous avez envie de faire. Toujours dans la joie, avec le sourire.

That’s Eurovision ! : Je te remercie beaucoup pour cet entretien, je vous souhaite bonne chance à tous les deux pour la finale « Eurovision France – c’est vous qui décidez ! ».

Cécile : Merci !

Présentation graphique : Ludovic PICAVET

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article