Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
That's Eurovision !

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

Terence James est l’un des 12 candidats qui tentera de représenter la France au Concours 2021 à Rotterdam.
Sa chanson s’intitule « Je t’emmènerai Danser ».
Nous vous proposons de découvrir cet artiste chaleureux, humain et bienveillant.

(Propos recueillis le 18 décembre)

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Bonjour Terence, je te souhaite la bienvenue dans la famille Eurovision !

Terence James : Merci beaucoup !

That’s Eurovision ! : Peux-tu, pour les personnes qui ne te connaissent pas, te présenter en quelques mots ?

Terence : Absolument ! Je m’appelle Terence James, j’ai 28 ans, bientôt 29 (le 27 décembre). Je suis chanteur, auteur, compositeur. Et je me présente pour représenter la France à l’Eurovision.
J’ai fait « The Voice France » auparavant, l’aventure continue avec l’Eurovision.

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Alors justement, ce Concours Eurovision qui est tellement décrié par certains, qu’est-ce que cela représente pour un jeune artiste comme toi ?

Terence : Cette année a été particulièrement triste, assez « dark » pour nous tous…
Je trouve que l’Eurovision apporte tellement de joies, à ma famille, à moi, ce doit être pareil pour beaucoup. Pour avoir la chance de faire partie de cela, d’apporter un peu de joie, à tellement de monde, de téléspectateurs… Ce serait vraiment incroyable. C’est immense, ce serait un honneur de représenter la France.
Un honneur aussi car c’est un pays qui m’a accueilli. J’y habite depuis mes deux ans, même si j’ai un subtil accent (rires).
La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui, ma fiancée est française, ma vie est en France.

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Tes parents sont moitié écossais moitié anglais, c’est bien ça ?

Terence : Oui, ma mère est écossaise, de Glasgow, et mon père est de Londres.

That’s Eurovision ! : Quel est leur point de vue sur le Concours ?

Terence : Ils me soutiennent à 100 %. Ma mère est à fond derrière moi ! On regarde le Concours, en tout cas, moi j’adore. C’est super fun.

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Ta chanson s’intitule « Je t’emmènerai danser ». A-t-elle été spécialement composée pour le Concours ? Devait-elle faire partie d’un premier album ?

Terence : Elle a été spécialement composée pour les sélections françaises au Concours Eurovision. Elle a été écrite par Ben Mazué, qui est un grand artiste français.
Quand on m’a proposé cette chanson, j’ai tout de suite dit oui. C’est une opportunité de ouf de pouvoir peut-être représenter la France ! J’ai accepté à la première seconde.
J’ai kiffé la chanson, nous avons changé la production pour lui donner cette touche écossaise, pour la rendre un peu plus unique.
Nous y avons ajouté des cornemuses, une ambiance un peu plus celtique, car à la base elle n’était pas comme ça.
Les cornemuses ont été ajoutées afin de me représenter davantage…

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Tu me tends une perche là… Est-ce que Terence va performer en kilt ??

Terence : (rires) On y a pensé ! Mais honnêtement je ne sais pas… Nous n’avons pas encore la réponse, nous sommes en train de travailler sur la scénographie.
Après oui ! J’ai des kilts !! Je suis écossais, c’est obligé ! Quand je vais à un mariage, le kilt est obligatoire (rires).
Mais sur scène, ça n’est pas forcément l’image que l’on souhaite mettre en avant… je ne pense pas être à jamais « l’écossais en kilt » de l’Eurovision (rires).

That’s Eurovision ! Quant à la légende qui va avec le kilt ? Avec ou sans sous-vêtements sous le kilt ?

Terence : Jamais !! Jamais en dessous, il n’y a rien en dessous ! Absolument rien (rires).

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : J’ai lu des critiques sur ta chanson concernant le côté répétitif du refrain, que retiens-tu de ces critiques ?

Terence : Ces critiques sont constructives, nous les avons lues. Je suis d’accord, le refrain est répétitif, et tu sais, il y a énormément de chansons qui ont cette structure dans leur refrain.
Tu sais, quand Amir a fait l’Eurovision, il y avait des critiques aussi. Pour moi, si quelqu’un se donne la peine d’écrire quelque chose sur ma chanson, c’est que cela les a touchés. Bon ou pas, cela est un avis, c’est un retour et c’est important.
Cela reste en tête, tu retiens le refrain après une écoute, c’est important.

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Quelles sont tes influences musicales ? Tu as été bercé par quel univers ?

Terence : Mon père faisait partie d’un groupe quand il avait 18 ans. Il m’a appris à jouer de la guitare très jeune. Quand à ma mère, ses goûts musicaux sont très variés, Frank Sinatra, AC/DC, Led Zeppelin… J’ai grandi avec énormément d’influences musicales différentes.
Mon style, pour mon futur album, je dirais… Tu vois, si les univers d’Ed Sheeran et The Weeknd faisaient un bébé, ce serait le mien, ce serait mon album (rires).

That’s Eurovision ! : Tu berces dans un univers Pop et Rock…

Terence : Absolument, il y a beaucoup de Rock, mais il y a beaucoup d’Opéra aussi. J’adore Bocelli ou Pavarotti. Cela fait 10 ans que j’écris des chansons pour d’autres artistes, dans pas mal de styles différents.

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : A quoi ressemble ta journée ordinaire ?

Terence : En 2020, mon quotidien a énormément changé depuis « The Voice ». Tous les matins, je commence par mon sport, j’ai mon studio d’enregistrement chez moi.
Je me lève, me prépare mon café, je promène mon chien, je fais mon sport et j’écris mes chansons.

That’s Eurovision ! : Petite parenthèse, tu as quoi comme chien ?

Terence : J’ai un petit Westie, le petit chien écossais… Ils ont une grosse personnalité…

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Non… Mais j’ai un Westie moi aussi !!

Terence : Non !! Trop bien ! (rires) C’est cool ça ! Il s’appelle Toby et il a 8 ans. J’adore les Westies, ce sont les meilleurs petits chiens pour moi…

That’s Eurovision ! : Mais je t’adore Terence désormais (rires)…

Terence : Mais moi aussi alors (rires), c’est très cool…

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Quel conseil donnerais-tu au jeune Terence que tu étais ?

Terence : Honnêtement, crois en toi ! Crois en toi et vas-y à 200 % ! Je ne croyais pas beaucoup en moi quand j’étais petit. D’une manière générale, cela faisait pas mal de temps que j’avais arrêté de croire que je pourrai transformer ma passion en carrière. Depuis deux ou trois ans, j’avais cessé d’y croire… Puis « The Voice » m’a redonné l’espoir.
Depuis, j’ai signé dans une maison de disques, j’ai signé chez Sony Music, c’était un rêve depuis tout petit.
J’ai un bon manager, tout se met en place.
Alors oui, crois en toi, sois honnête, voilà mon conseil. Et bouge-toi le cul aussi !! (rires).

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Quel moment particulier de ta vie voudrais-tu revivre, revisiter ?

Terence : Un instant émotionnel, c’est évident : l’instant où j’ai demandé à ma fiancée de m’épouser. C’était en Thaïlande, sur une plage, c’était l’un des plus beaux moments de ma vie.

That’s Eurovision ! : Tu m’apprends que tu es donc en couple, d’une manière générale, que regardes-tu en premier chez l’autre ? Pas forcément dans une relation amoureuse, mais également lors d’une simple rencontre.

Terence : Je dirais les yeux… On apprend beaucoup de l’autre par son regard. Cela peut te montrer rapidement si la personne est honnête… Oui, c’est ce que je dirais.

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : Quelle est ta conception du bonheur ?

Terence : Pour moi le bonheur c’est avant tout la santé, pour ses proches et pour soi-même.

That’s Eurovision ! : Nous n’avons pas de date précise à ce jour, juste que cela sera en février sur France 2. Vers qui iront tes pensées quand tu poseras les pieds sur la scène de « Eurovision France – C’est vous qui décidez ! » ?

Terence : A ma mère, sans hésiter. Elle m’a tellement donné depuis toutes ces années. Et j’aimerais pouvoir lui rendre un peu…

Terence James - La France a fait de moi qui je suis aujourd’hui

That’s Eurovision ! : As-tu un message pour nos lecteurs ?

Terence : Oui, que mon rêve est de représenter la France à l’Eurovision, ce serait un honneur absolu. Je croise les doigts et espère que la France sera d’accord avec moi.
Avec « Je t’emmènerai danser », je souhaite faire danser la France.

That’s Eurovision ! : Je te remercie de nous avoir accordé de ton temps.

Terence : C’était un plaisir, vraiment cool, merci.

Interview : Alain DHALLEWIN

Présentation graphique : Ludovic PICAVET

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article