Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
That's Eurovision !

Steven Clerima - Minsk, Le Niveau était Incroyable ! (France)

Steven Clerima - Minsk, Le Niveau était Incroyable ! (France)

En Français please!

N’en déplaise aux septiques, la France peut briller à l’Eurovision. La preuve, l’excellente deuxième place remportée par Angélina lors du Concours Eurovision Junior qui s’est déroulé à Minsk, en Biélorussie ce dimanche 25 novembre.

Concours Junior me direz-vous ? Certes, mais Concours de qualité !

Steven Clerima, le nouveau Chef de Délégation pour la France, nous a accordé un entretien à son retour de Minsk. Nous vous proposons de découvrir son ressenti sur sa première expérience en tant que Chef de Délégation, sur son parcours, mais aussi sa vision sur les événements à venir.

 

That's Eurovision ! : Bonjour Steven, comment vas-tu ?

Steven Clerima : (rires)… écoutes, peu de sommeil, mais très content, très très content

That's Eurovision ! : Déjà rentré en France ?

Steven Clerima : Oui, déjà à France Télévisions, prêt pour le premier débrief, une violence incroyable (rires).

That's Eurovision ! : Félicitations ! Nous avons été scotchés devant la qualité des prestations de la plupart des participants.

Steven Clerima : Merci beaucoup, c’est incroyable hein ? Franchement, c’est une qualité d’Eurovision « classique », globalement c’était un niveau adulte, en tout cas dans la richesse des performances, des voix, des propositions et effectivement, quel suspens !

That's Eurovision ! : Revenons-en à toi, peux-tu me résumer en quelques mots ton parcours pour en arriver à la succession d’Edoardo Grassi au  poste de chef de délégation pour la France à l’Eurovision ?

Steven Clerima : Oui bien sur, c’est d’abord un parcours littéraire, j’ai fait de longues études de lettres, d’anglais et d’histoire. Puis j’ai découvert le CELSA, qui est une école de communication qui forme des littéraires aux techniques et aux métiers de la communication et des médias, cela afin de voir comment avec cette formation « classique », on peut accompagner les entreprises à mieux écrire, à mieux transformer.

Je suis prof dans cette école maintenant, j’y enseigne les cours de formation, de médias.

Pour en revenir à Edoardo, j’étais son coordinateur pendant trois ans. Comme je savais comment m’occuper d’une délégation et que j’avais mon idée sur la question, notamment d’un point de vue artistique, France Télévisions a eu l’idée de me confier cette mission.

C’est très cool, de plus, le fait de passer d’abord par le Junior, c’était très important pour moi, je pouvais y faire mes « preuves », même si ce n’est pas un show moindre…

That's Eurovision ! : Peut-on dire que c’est une belle antichambre au Concours principal ?

Steven Clerima : Oui voilà, c’est exactement ça. Et de la même manière que l’U.E.R. teste de nouveaux systèmes de votes, de techniques marketing, de mon côté, je l’ai pris comme un test de compétence, sur la manière de gérer une délégation, et ça m’a beaucoup plu.

That's Eurovision ! : Donc ton arrivée à l’Eurovision, c’était en 2016 ?

Steven Clerima : C’était en 2015, plus précisément à Sofia, à l’Eurovision Junior, c’est ce qui est amusant, mais en tant qu’observateur avec Edoardo. Par contre, mon premier Eurovision pro avec la délégation, c’était à Stockholm en 2016 avec Amir.

That's Eurovision ! : Quel serait ton meilleur souvenir, en dehors de ce dimanche à Minsk ? La découverte en 2015, ton premier Concours « classique » en 2016 ?

Steven Clerima : Hmm, vu ce que j’ai vécu à Minsk, c’est difficile d’aller chercher un souvenir plus fort que celui-là. Sinon, c’est le show de 2016, tu sais, l’intégralité des performances et des prestations. Le niveau y était incroyable, varié. J’ai trouvé ça fou, je m’étais dit « wow »! J’étais dans le grand bain tout de suite.

That's Eurovision ! : Arrêt sur Minsk, nous sommes quelques minutes avant le « Te Deum », dans quel état se trouve Angélina ?

Steven Clerima : En fait, nous avons eu pas mal de répétitions et de préparations pendant la semaine. Quand le « Te Deum » commence, je me rends compte qu’ils sont prêts. Nous avons essayé deux énergies différentes. Sur la première répétition, nous n’arrivions pas à trouver un fil directeur et un point d’accord entre Angélina et la chanson d’un coté, et de l’autre les danseurs avec une performance super peps, dynamique. Puis, le dernier jour, nous avons vraiment trouvé le compromis idéal. C’est-à-dire que les danseurs s’échauffaient à part, ils avaient un entrainement cardio. De ce fait, Angélina était dans sa concentration, dans sa chanson.

Ils ne pouvaient pas rester en Green Room, et c’est un point que je vais soumettre à l’U.E.R. pour l’année prochaine ; quand des artistes doivent enchaîner des performances de haut niveau en termes de danse, ce n’est pas possible pour les muscles, ils doivent pouvoir être chaud pour le moment opportun.

That's Eurovision ! : Donc il faudrait privilégier la performance au dépend de vues sur la Green Room ?

Steven Clerima : Non, car en fait nous avons besoin de voir les artistes sur un seul plan de caméra épaule. Et il est tout à fait possible de réunir l’équipe en disant « dans 30 secondes caméra épaule » et avoir tout le monde assis pour cet instant là.

That's Eurovision ! : Quels étaient selon toi les concurrents les plus redoutables de ce Concours Junior ?

Steven Clerima : Principalement le Kazakhstan, l’Ukraine, l’Arménie et la Pologne.

That's Eurovision ! : Que fait Angélina après sa prestation ? Elle va en green room de suite, elle rejoint de la famille ?

Steven Clerima : Tous les artistes sont en Green Room pendant tout le show.

That's Eurovision ! : Pendant les votes du jury, nous récoltons des points régulièrement…

Steven Clerima : C’est un sentiment très agréable, de se maintenir sur le vote du jury avec des points quasiment tout le temps.

That's Eurovision ! : Parlons de l’avenir, à quel niveau, de quelle façon vas-tu être associé aux sélections pour la France, à savoir « Destination Eurovision » ?

Steven Clerima : Je travaille main dans la main avec les équipes d’ITV et celles des divertissements de France 2, dont je fais partie, pour préparer les trois meilleures émissions possibles.

That's Eurovision ! : Quel est ton regard, ton orientation sur le Concours 2019 à Tel Aviv ? Tes suggestions, ton accompagnement de l’artiste ?

Steven Clerima : Je ne vais pas changer ma manière de travailler : beaucoup d’exigence et d’accompagnement !

That's Eurovision ! : Que représente le réseau des fans de ton point de vue ?

Steven Clerima : Je sais à quel point il est important pour les artistes participant, et pour les délégations dans leur intégralité. C’est un soutien inconditionnel dont on ne pourrait pas se passer.

 

That's Eurovision ! : Merci beaucoup Steven pour cet entretien, à bientôt

Steven Clerima : A bientôt.

Steven Clerima - Minsk, Le Niveau était Incroyable ! (France)

In English s'il vous plaît !

Whatever the scepticals may think, France can shine at Eurovision. The proof is, the great second place grabbed by Angélina during the Junior Eurovision Song Contest, that took place in Minsk, Belarus, this Sunday November 25th.

Junior Contest would you tell me? Certainly, but a quality Contest!

Steven Clerima, the new Head of French Delegation, allowed us an interview when back from Minsk. We propose you to discover his feeling about his first experience as a Head of Delegation, about his path, but also about his view on the forthcoming events.

 

That's Eurovision ! : Hello Steven, How are you doing ?

Steven Clerima : (laughs)… listen, I slept very little, but very happy, very very happy

That's Eurovision ! : Already back in France ?

Steven Clerima : Yes, already at France Télévisions, ready for the first debriefing, an incredible violence (laughs)

That's Eurovision ! : Congratulations! We have been amazed by the quality of almost all the candidates performances.

Steven Clerima : Thank you very much, it was incredible, wasn’t it? Sincerely, this is a « classical » Eurovision quality, overall, it was an adult level, the wealth of performances, the voices, the proposals and actually, what a suspens!

That's Eurovision ! : Let’s go back to you... In a few words, can you summarize your own personal journey to succeed  Edoardo Grassi at the Head of French delegation in Eurovision?

Steven Clerima : Yes of course, first this is a litterary journey, I made long Letters studies, of English and History. Then I discovered the CELSA, which is a communication school that trains litteraries to the techniques and the jobs of communication and media in order to see how, with this « classical » training, we can help companies to write better, to better transform.

I’m a teacher in this school now, I teach training courses, media.

About Edoardo, I was his coordinator during three years. Because I knew how to care about a delegation and because I had an idea of all that, especially from an artistic point of view, France Télévisions had the idea to entrust me with this mission.

It’s really cool, and, going through Junior Eurovision first was really important to me, I could prove myself, even if this is not a minor show…

That's Eurovision ! : Can we say this is a nice antechamber to the main Contest?

Steven Clerima : Yes, this is it, exactly. And in the same way E.B.U. tests new voting systems, marketing techniques, I personaly took it like a skill test, how to manage a delegation, and I really enjoyed it.

That's Eurovision ! : So, your first steps in Eurovision were in 2016?

Steven Clerima : It was in 2015, Sofia more precisely, for the Junior Eurovision Song Contest, this is quite funny, but as an observer with Edoardo. On the other hand, my first professional with the delegation was in Stockholm in 2016, with Amir.

That's Eurovision ! : What would be your best memory, except this last Sunday in Minsk? The discovery in 2015? Your first « classical » Contest in 2016?

Steven Clerima : Hmm, because of what I lived in Minks, this is quite difficult to get a stronger memory. Otherwise, this is the 2016 show, you know, all the performances. The level was incredible, varied. I thought it was crazy, I said « wow » ! I was in it.

That's Eurovision ! : Let’s make a pause in Minsk, just a few minutes before the « Te Deum », How is Angélina?

Steven Clerima : Actually, we had a lot of rehearsals and preparations during the week. When the « Te Deum » begins, I realize that they are ready. We tried two different energies. On the first rehearsal, we couldn’t find a guide between Angélina and the song on the one hand, and the dancers with a dynamic performance on the other hand. Then, the last day, we really found the ideal compromise. The dancers were training separately, they had a cardio training. Thereby, Angélina could concentrate, she was in her song.

They couldn’t stay in the Green Room, and that’s a point I will submit to the E.B.U. for next year ; when artists have to perform high level dances again and again, it’s not possible for the muscles, they had to keep warm for the right moment.

That's Eurovision ! : So performance must be privileged in comparison to Green Room views?

Steven Clerima : No, because in fact, we only need to see the artists on a one shoulder cam plan. This is possible to gather the team by saying « Shoulder cam in 30 seconds » and to have everyone seating for this very moment.

That's Eurovision ! : According to you, who were the most formidable competitors in this Junior Eurovision?

Steven Clerima : Mainly Kazakhstan, Ukraine, Armenia and Poland.

That's Eurovision ! : What does Angélina right after her performance? Does she go in the Green Room at once, does she join her family?

Steven Clerima : All the artists are in the green room during the entire show.

That's Eurovision ! : During the jury vote, we regularly pick up points…

Steven Clerima : To maintain with the jury vote with points almost all the time is a very nice feeling.

That's Eurovision ! : Let’s talk about the future, which level will you be involved in the French selections « Destination Eurovision »?

Steven Clerima : I work hand in hand with ITV and France 2 teams, which I’m part of, to prepare the three best shows possible.

That's Eurovision ! : What is your view, your orientation on the 2019 Eurovision Song Contest in Tel Aviv? Your suggestions, your accompaniment of the artist?

Steven Clerima : I wouldn’t change my way of working : a lot of requirement and a lot of accompaniment!

That's Eurovision ! : What is your opinion on what represents the fans network?

Steven Clerima : I know how important it is for the artists and for the delegations in their entirety. This is an unconditional support which we could not do without.

 

That's Eurovision ! : Thank you very much Steven for this interview, see you soon.

Steven Clerima : See you soon.

Interview : Alain DHALLEWIN

Présentation graphique : Ludovic PICAVET

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article