Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
That's Eurovision !

A fan point of view : Andrew Hamilton (United Kingdom)

A fan point of view : Andrew Hamilton (United Kingdom)

En Français please!

Nous avons demandé à nos lecteurs de nous raconter « Leur » Eurovision, les souvenirs liés à cet événement.

Voici l’histoire d’Andrew…

 

  • Qui es-tu ?

Je suis Andrew Hamilton, et je suis né quelques jours après la première victoire irlandaise à l’Eurovision avec Dana et sa chanson “All Kinds Of Everything”.

 

 

Dana - All Kinds of Everything (Live at Eurovision song Contest - 1970)

Je suis né dans une petite ville du nom de Dunfermline, qui se trouve dans le Fife, une region côtière de l’Est de l’Ecosse – qui fait partie du Royaume Uni, pour ceux qui ne sont pas familiers avec la géographie britannique.

        Comme j’ai été élevé dans le Hampshire, sur la côte Sud de l’Angleterre, depuis l’âge de 9 ans, je n’ai plus l’accent écossais. J’habite à Londres depuis 1989, dans le quartier de Islington, qui se trouve à 5 minutes de voiture de Kings Cross ou à 20 minutes de bus du West End.

        J’ai toujours rêvé d’être romancier et j’y suis parvenu en faisant publier mon premier roman en 2014. Je travaille actuellement sur mon deuxième et mon troisième livre. L’Eurovision est mis en avant dans chacun des trois !

 

  • Ton tout premier Eurovision?

Le premier Concours que j’ai regardé était celui de 1981, quand Buck Fizz a gagné pour l’Angleterre. En fait, je ne me souviens pas de ce qui m’a donné envie de regarder l’Eurovision, mes parents ne l’ayant jamais regardé, et j’ai été refoulé dans leur chambre pour regarder le Concours sur leur télé 14 pouces noir et blanc ! J’étais cloué devant l’écran; j’aimais les sonorités des différentes langues et la mise en scène de chacune des chansons. Mes chansons préférées étaient : le Royaume Uni (évidemment), l’Irlande et la Suisse.

Bucks Fizz - Making Your Mind Up (Live performance 1981)

  • Que représente l’Eurovision pour toi ?

Dans les années 80, le Concours était une expérience tout à fait différente parce que c’était un événement vraiment annuel, nous n’avions pas accès à internet pour écouter les finales des autres pays, ou la chance d’espérer que tel acte ou telle chanson aurait pu représenter un pays donné.

         Je ne sais pas vraiment pourquoi, peut-être à cause de ma période adolescence/jeune adulte, mais je n’ai pas regardé le concours entre 1986 et 1992. Je pense que c’est en 1993 que j’ai commencé à regarder le Concours chaque année de façon presque religieuse et que j’ai pu réellement me considérer comme un vrai fan. . Bien sûr, de nouveaux pays étaient entrés dans le Concours, ce qui voulait dire d’autres langues, plus de chansons et un attrait encore plus fort pour le Concours en lui-même. Cependant entendre les chansons une seule fois me laissait sur ma faim car je voulais les écouter encore et encore…c’est alors que j’ai découvert avec plaisir à Londres, un magasin grec qui avait en stock la plupart des CD singles de la plupart des chansons. Ce qui était encore plus sensationnel pour moi, c’est que beaucoup de ces CD comportaient une version anglaise de la chanson, voire meme dans plusieurs autres langues.

         1998 marqua un autre tournant dans l’amour que je portais au Concours , car pour la première fois, j’assistais réellement à l’Eurovision à Birmingham, après la victoire de Katrina & The Waves l’année précédente. L’atmosphère toute entière, ainsi que les chansons, tout était si différent que de le regarder à la télévision. Je me souviens que, quand chaque pays donnait ses points, Israël et Malte étaient à couteaux tirés en vue de la victoire ; et quand le dernier jury n’avait accordé que 8 points à Israël, tout le monde autour de moi s’écriait déjà “Malte a gagné !” Nous connaissons tous, cependant, comment l’histoire s’est terminée.

Katrina & the Waves - Love Shine a Light (Live at Eurovision Song Contest 1997)

1999 a aussi été pour moi une année marquante du Concours. Un de mes très bons amis avait écrit une chanson pour le Grand Concours Britannique de la Chanson et celle-ci avait été présélectionnée parmi les 8 chansons finalistes diffusées par Radio 2, ce qui servait de «demi-finale» au Royaume Uni. Malheureusement,  la chanson ne faisait pas partie des 4 finalement retenues, mais ça n’en reste pas moins une expérience super excitante.

         De nos jours, avec un Concours si important et grandiose et la force d’internet et d’iTunes, il ne s’agit pas pour moi que de chansons représentant leur pays respectif, ça va beaucoup plus loin. Ça implique aussi la découverte de nouveaux artistes et la plaisir d’assister à ces mini Concours que sont les finales nationales juste avant que le Concours Eurovision lui-même ne commence. Je suis tombé amoureux de la musique de nombreux artistes qui n’ont pas eu la chance d’aller jusque sur la scène de l’Eurovision pour y représenter leur pays ; alors, je me dis que, sauf au travers du déroulement du Concours, je n’aurais jamais eu le plaisir de découvrir et d’apprécier un choix si éclectique de musiques du monde entier.

L’Eurovision étant dans sa globalité un tel phénomène, le plaisir et l’engouement pour moi ne se limite pas seulement aux finales nationales et au Concours lui-même, il y a un tel panel d’artistes mondiaux  qui font de fantastiques reprises des chansons. Trois de mes préférées sont : une version française de “Eres Tú” (Mocadades, Espagne 1973) par Nedine Blom, une version taïwanaise de “My Time” (Jade Ewen, Royaume Uni 2009) par Lin Yu-Chun et une version afrikaans de “Sista Andetaget” (Jan Johansen, Melodifestivalen 2002) par Guillaume.

         Pour moi, le seul inconvénient du Concours est le manque de diversité au niveau des langues : le romantisme du Français et de l’Italien, la bizarrerie du Finnois et du Danois, la dureté de l’Allemand et du Néerlandais et les sons gutturaux de l’Hébreux. Si je pouvais faire un vœu concernant l’Eurovision, ce serait celui de retirer le libre choix de la langue.

  • Chanson britannique préférée ?

Je ne suis pas un grand amoureux des participations du Royaume Uni ; au moins durant les 20 dernières années, le Royaume a rarement fait partie de mon top 10. Cependant, le premier disque de l’Eurovision que j’ai acheté était « One Step Further » de Bardo en 1982 et même 35 ans après, je continue à penser que c’est une chanson du tonnerre. (Et même si sa phrase  « I could have tooken one step further » était  grammaticalement incorrecte, pour moi ça ne fait que rajouter au charme de l’Eurovision).

  • Chanson Française préférée ?

Je ne saurais pas choisir une chanson Française et une seule, donc j’en ai deux ! La première est celle de 1975, “Et Bonjour À Toi L’artiste” de Nicole Rieu et la seconde est « Je N’ai Que Mon Âme » par Natasha St-Pier en 2001. Chacune d’elles me fait toujours frissonner du pied à la tête quand je les écoute...en plus de ça, je craque toujours  pour une belle ballade chantée par une voix féminine.

Natasha St-Pier - Je n'ai que mon Ame (Live at Eurovision Song Contest 2001)

  • Chanson Eurovision préférée de tous les temps ?

C’est une tâche incroyablement difficile de choisir une chanson unique et de la décrire comme ma chanson préférée de tous les temps, il y a tellement de chansons du Concours que j’adore. Donc, au lieu de ça, je vais citer deux chansons qui font personnellement partie de mes favorites et qui auraient mérité de gagner dans leur année respective, elles ont terminé deuxièmes sur le tableau des votes, mais je pense intimement qu’elles auraient dû gagner !

Anabel Conde – “Vuelve Conmigo” (1995)

Polina Gagarina – “A Million Voices” (2015)

Anabel Conde - Vuelve Conmigo (Live at Eurovision Song Contst 1995)

In English s'il vous plaît !

We asked our readers to tell « Their » Eurovision, their memories bound to this event.

Here is Andrew’s story…

 

  • Who are you?

I’m Andrew Hamilton, and was born several days after Dana had secured Ireland’s first Eurovision win with “All Kinds Of Everything”.  I was born in a town called Dunfermline, which can be found in Fife, Scotland – part of the United Kingdom, for those who aren’t familiar with British geography.

         I don't have a Scottish accent anymore, as I was brought up in Hampshire, which is on the southern coast of England from 9 years old.  I have been living in London since 1989 in a place called Islington, which is 5 minutes drive from Kings Cross, or 20 minutes bus ride from the West End.

         I have always dreamed of being a novelist and succeeded in having my first novel published in 2014 and am currently working on my second and third books – where Eurovision features in all of them!

 

  • Your first ever Eurovision?

The first contest I watched was in 1981, when Bucks Fizz won for the United Kingdom.  I don't recall what it actually was that gave me the desire to watch it, as my parent’s had never watched the Eurovision and so, I was ‘banished’ to their bedroom to watch the contest on their 14” black and white television set!  I was transfixed to the screen; loving the sounds of the different languages and the staging of each of the songs – my favourite songs were: UK (obviously), Ireland and Switzerland.

 

  • What does Eurovision mean to you?

In the 1980s, the contest was a whole different experience because it was purely an annual event, as you didn’t havethe benefit of the internet to listen to other countries’ national finals, or the chance to hope that a certain act or song would get to represent a certain country.

         I’m not sure why – maybe it was because of my teenage/young adult years – but I didn’t watch the contests from 1986 to 1992.  It was 1993 when I began to watch religiously every year and I guess when I could really call myself a fan of the contest.  Of course, there were new counties coming into the contest, which meant different languages, more songs and a greater fascination of the contest.  But, only hearing the songs once left me with an unfulfilled hunger that I wanted to hear them again and again...so I was very pleased to discover a Greek shop in London that would stock the CD singles of most of the songs.  It was even more thrilling for me when a lot of the CD singles would add the English version of the song, or even multi language versions.

 

         1998 was another turning point for my love of the contest, as I experienced the contest live, in Birmingham, after Katrina & The Waves had won the previous year.  The entire atmosphere and feel of the songs was so very different to watching it on television.  I remember, as each country was giving their points, it was seemingly a battle between Israel and Malta as to who would win – so when Israel had received only 8 points on the final country’s votes, everyone around me was saying “Malta’s won!”  But, of course, we all know how the story ended on that one!

 

         1999 was again, another turning point in the contest for me.  A very good friend of mine had written a song to go into the Great British Song Contest and was shortlisted to the final 8 songs, which was then played on Radio 2, as the UK’s ‘semi final’.  Unfortunately, the song didn’t make it to the final 4 but it was an exciting experience nonetheless.

 

         Nowadays, with the contest being so big and grand, and with the power of the internet and iTunes, for me it is not just about the songs that represent their respective countries – it is way more than that.  It’s about discovering new artists and enjoying many mini contests (through national finals) before the actual Eurovision Song Contest itself begins. I have fallen in love with many artists’ music who have never had the opportunity to represent their country by standing on a Eurovision stage – so, if it were not for the Eurovision Song Contest, I would unlikely have discovered and enjoyed such an eclectic range of world music.

 

         With Eurovision being such a global phenomenon, the fun and enjoyment for me is no longer limited to only the national finals and the contest itself as there are a wide range of world artists who have released some fantastic cover versions of songs.  Three of my favourites are: a French version of “Eres Tú” (Mocadades, Spain ’73) by Nedine Blom, a Taiwanese version of “My Time” (Jade Ewen, UK ’09) by Lin Yu-Chun and an Afrikaans version of “Sista Andetaget” (Jan Johansen, Melodifestivalen ’02) by Guillaume.

Lin Yu Chun - It's My Time (Jade Ewen's cover)

The only downside I have of the contest is that I really do miss the diversity of the different languages: the romanticism of French and Italian, the quirkiness of Finnish and Danish, the ruggedness of German and Dutch and the throaty sounds of Hebrew.  If I could be granted one wish for Eurovision, it would be to take away the free language rule.

 

  • Favourite UK entry?

I haven’t really been a huge lover of the UK’s entries – certainly in the last 20 years, the UK has rarely been in my top 10.  However, the first Eurovision song that I bought was Bardo’s “One Step Further” from 1982 and even 35 years on, I still think it’s a cracking song.  (Even with its grammatically incorrect “I could have tooken one step further” line this just adds to the charm of Eurovision for me).

Bardo - One Step Further (Live Performance 1982)

  • Favourite French entry?

I couldn’t pick an ultimate favourite French entry, so I have two!  The first is Nicole Rieu’s “Et Bonjour À Toi L’artiste” from 1975 and the second is Natasha St-Pier’s “Je N’ai Que Mon Âme” from 2001.  Both songs still send a shiver up my spine when I listen to them...plus, I am a sucker for a beautiful, solo female ballad.

Nicole Rieu - Et Bonjour à Toi l'Artiste (Live at Eurovision Song Contest 1975)

  • Favourite Eurovision song of all time?

It is an incredibly difficult task to choose just one song and describe it as my favourite of all time, as I have so many songs that I simply adore from the contest. So, instead, I will list two songs I had as my personal favourite to win on those particular years, which ended up coming second on the final leader board but I felt really should have won!

Anabel Conde – “Vuelve Conmigo” (1995)

Polina Gagarina – “A Million Voices” (2015)

Polina Gagarina - A Million Voices (Live at Eurovision Song Contest 2015)

Présentation Graphique : Ludovic Picavet

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article